Comment réagir à un licenciement ?


Qu’on s’y attende ou non, que le motif soit économique ou plus obscur, la possibilité d’être licencié est une réalité. Cependant, il ne faut pas rester démuni face à cette nouvelle. Voici quelques conseils à appliquer pour bien réagir à cette situation.

6cb1cdae8ef35772ddfbbd3ae15774a7eb63a2d6 shutterstock 591081032

Ne paniquez pas

L’annonce d’un licenciement est évidemment une source de troubles émotionnels. Cependant, il ne faut pas laisser transparaître vos sentiments. Si vous les exprimez à l’oral, la colère ou la tristesse qui peuvent vous atteindre à ce moment-là ne feront qu’empirer la situation. Essayez d’accepter la nouvelle, et demandez à votre supérieur ou au représentant du personnel de vous expliquer les démarches administratives. Laissez-vous le temps de digérer la nouvelle pour l’accueillir avec plus de recul.

Gardez votre sang-froid avec vos collègues

Lorsqu’un salarié est congédié, il est courant que l’annonce crée un climat de crise et ternisse les relations entre les membres de son équipe. Certains vous afficheront leur soutien, d’autres émettront des hypothèses sur les raisons de cette décision de la part de votre hiérarchie, d’autres encore se prépareront à prendre votre place. Il est exagéré de penser que le monde du travail est une jungle ; pour autant, vous ne devez pas vous départir de votre calme face aux réactions excessives ou aux comportements opportunistes de vos collègues. Ceux qui vous soutiennent sincèrement seront aussi là pour vous plus tard, alors ne perdez pas votre temps ou votre énergie avec les autres !

Mettez en place des solutions juridiques

Si vous pouvez bien sûr compter sur vos amis pour un soutien affectif, l’aide la plus utile ne pourra venir que des professionnels de la défense. Vos intérêts et ceux de l’entreprise sont désormais divergents ; faites appel à un avocat spécialisé dans le droit du travail. Certaines actions parfois inconnues des particuliers vous permettent de bénéficier d’une assistance juridique gratuitement, ou de couvrir vos frais, comme par exemple votre assurance habitation. S’il vous reste des jours disponibles de DIF (Droit Individuel à la Formation), vous pouvez également obtenir une compensation financière à ce sujet. En plus des juristes et des notaires, vous pouvez également saisir le Défenseur des Droits (anciennement Médiateur de la République), ainsi que le conseil des Prud’hommes.

Anticipez !

Il est toujours bon de se prémunir et de rester à l’écoute du marché. Si vous sentez des tensions avec votre hiérarchie, il faudra être prêt à rebondir et réorienter votre carrière professionnelle. N’hésitez pas à entretenir votre réseau : certaines relations parfois insoupçonnées seront prêtes à vous aider à trouver de nouvelles opportunités d’emploi. Sur Viadeo, vous pouvez aussi modifier vos attentes professionnelles dans votre profil : en indiquant « A l’écoute d’opportunités », les recruteurs sauront qu’ils peuvent faire appel à vous, sans que votre employeur actuel n’en soit notifié.

L’épreuve du licenciement est dure mais pas insurmontable. En quittant votre entreprise, de nouveaux horizons s’offrent à vous, et appréhender sereinement cette mauvaise expérience vous permettra de repartir sur de nouvelles bases !