Comment réagir quand votre boss vous ajoute sur Facebook, Viadeo ou Twitter

Nous avons tous été confrontés à ce moment délicat où notre patron nous demande en contact sur un réseau social. Dès lors, et alors qu’on n’a rien demandé, nous nous retrouvons dans une situation où quelle que soit notre décision, elle sera mauvaise. Petit guide pour se sortir de ce mauvais pas sur 3 réseaux différents.

578907eb91e85eec8cf5862b194de3c47951a0e8 shutterstock 212287693

Facebook : oui, mais non

Il vous ajoute sur Facebook ? Surtout, ne paniquez pas ! Ne réagissez pas à chaud avec un clic gauche glissé sur le bouton « accepter ». L’ajout de votre patron ou non sur Facebook dépend de la manière dont vous vous servez de ce réseau.

Si vous l’utilisez de manière classique, c’est-à-dire à coup de selfies en soirée avec des amis et photos de vos plats préférés, évitez. Si vous l’utilisez dans un cadre de communication professionnelle comme c’est parfois le cas, allez-y ! Mais attention, accepter son patron sur Facebook, c’est aussi assumer que vous êtes proche de lui, et cela peut renvoyer une mauvaise image de vous aux yeux de Jean-Frédéric, votre collègue et ami depuis 5 ans.

Selon moi, vous ne devriez pas accepter votre patron sur Facebook. Si c’est pour une raison professionnelle, il existe des réseaux sociaux dédiés à ce type de relation. Pour sortir de ce moment gênant où votre boss vous envoie une demande d’ami, jouez franc jeu. Dites que vous n’acceptez jamais votre boss sur Facebook, jamais. Annoncez-cela comme s’il s’agissait d’un principe immuable, un onzième commandement.

Viadeo : aucune hésitation

La différence avec Facebook, c’est que votre profil sur un réseau social professionnel est public. Et c’est exactement la raison pour laquelle vous vous y êtes inscrit : vous voulez donner le plus de visibilité possible à votre profil.

Vous souhaitez de même développer votre réseau professionnel en ajoutant des contacts en rapport avec votre secteur. Accepter votre patron est une véritable aubaine ! Du fait de sa position dans votre domaine, vous ajoutez un acteur clé dans votre réseau.
Evidemment, en cas de velléité de départ, vous éviterez de publier un statut grandiloquent annonçant votre intention de changer d’entreprise !

Twitter : c’est selon.

Comme Viadeo, Twitter est un réseau social qu’il faut considérer comme public. Toutes vos publications sont potentiellement visibles par les autres membres de ce réseau, dont votre propre patron. S’il décide de vous suivre, vous ne pourrez l’en empêcher.

Rappelons qu’il est possible de protéger vos tweets, et d’exiger une permission pour vous suivre. Mais si vous agissez de la sorte, laissez-moi vous dire que vous n’avez pas compris l’intérêt de ce réseau social. Ainsi verrouillé, votre compte n’aurait pas vraiment d’intérêt.

Ce réseau social sert plusieurs desseins : s’informer, se divertir, interagir. En tant que « twittos » actif, vous avez peut-être choisi un crédo particulier : par exemple, vous ne parlez que de votre club de foot préféré. Si vous avez décidé de publier publiquement sous votre vrai nom, c’est que vous assumez vos propos. Dans ce cas, pas de problème à ce que votre boss vous « follow » ! Sinon, publiez sous un pseudonyme.


D’un point de vue général, restez en ligne avec les raisons pour lesquelles vous vous êtes inscrit sur les réseaux sociaux. Vous avez choisi Facebook pour garder le contact avec vos amis ? N’acceptez que ceux-là. Vous utilisez Viadeo pour construire votre réseau professionnel ? Acceptez votre patron en toute quiétude.