Emploi : les grandes propositions de Marine Le Pen et Emmanuel Macron

L’entre-deux tours de ces élections présidentielles est l’occasion pour les deux candidats d’exprimer leurs points de désaccord et de clarifier leurs positions sur les différents sujets de préoccupation des Français. Parce que cette élection aura des répercussions sur votre quotidien pendant 5 ans, Viadeo s’est penché sur les propositions d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen pour l’accès à l’emploi et les différentes problématiques qui y sont liées.

3e4d5e70a3d3ec758f9c7660fa37a217fd21f578 shutterstock elections

Lutte contre le chômage

Emmanuel Macron prévoit de créer une assurance-chômage universelle, qui « couvrira tous les actifs – salariés, artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales, agriculteurs – et facilitera les transitions d’un statut à un autre. » Cette assurance serait également ouverte aux salariés qui démissionnent pour changer d’activité ou de projet professionnel, une fois tous les cinq ans. En contrepartie, le programme d’En Marche ! propose d’accroître les contrôles de Pôle Emploi : « Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification sont refusés, ou que l'intensité de la recherche d'emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues. »


Pour favoriser l’embauche, Marine Le Pen souhaite « réduire le nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés ». Son programme promet aussi la création d’une « taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer effectivement la priorité nationale à l’emploi des Français ».

Formation


La candidate du Front National souhaite « développer massivement l’alternance » et « rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse. »


Quant à Emmanuel Macron, son programme prévoit la formation d’1 million de jeunes éloignés de l’emploi ainsi que d’1 million de chômeurs peu ou pas qualifiés. Cette formation sera financée par un plan d’investissement à hauteur de 15 milliards d’euros. La Garantie Jeunes sera également étendue, et complétée par une allocation proposée aux jeunes précaires n’étant ni en formation ni employés. Le programme d’En Marche ! souhaite aussi rendre plus transparente l’information des organismes de formation, quant à ses résultats et son taux d’insertion professionnelle. Dans ce but, les organismes de formation seront soumis à labellisation.

Indépendants


Emmanuel Macron propose de réduire les cotisations sociales des indépendants, à hauteur de « 500 euros de moins par an pour un revenu de 3000 euros nets par mois. » La caisse de gestion du Régime Social des Indépendants sera supprimée et adossée au régime général. L’accès au statut de micro-entreprises, anciennement « auto-entrepreneurs », sera également facilité par une suppression des charges la première année et un doublement des plafonds.


Marine Le Pen souhaite quant à elle laisser le choix aux indépendants de rejoindre le régime de cotisation général, ou bien de garder le régime du RSI, qui sera réformé pour un fonctionnement sur la base de « l’auto-déclaration trimestrielle des revenus ».

Fonction publique


Marine Le Pen promet de « préserver le statut de la fonction publique », et de garantir l’accès aux différents services sur tout le territoire, entre autres par l’augmentation des « effectifs de la fonction publique hospitalière. » De plus, la candidate souhaite que la Poste et la SNCF restent des entreprises publiques. Le programme du Front National prévoit aussi un « plan de recrutement de 15 000 policiers et gendarmes ».


Bien qu’Emmanuel Macron envisage le non-remplacement de 120 000 agents publics sur 500 000 départs à la retraite, son projet prévoit de créer « 10 000 postes de policiers et gendarmes », ainsi que « 12 000 postes de professeurs des écoles dans les classes de CP et de CE1 dans les zones prioritaires ». Il est aussi précisé que la diminution des effectifs du secteur public n’affectera pas le personnel hospitalier. Par ailleurs, le candidat d’En Marche souhaite que les horaires d’ouverture s’adaptent aux contraintes des usagers : « certains services publics ouvriront le samedi et en soirée, afin d’être plus facilement accessibles ».


Travailleurs détachés


Le programme d’En Marche ! propose de « limiter à un an la durée autorisée de séjour d’un travailleur détaché dans notre pays et redéfinir au niveau européen les règles du détachement pour mettre fin à toutes les formes de concurrence sociale déloyale. »


Sur ce point, le programme du Front National, propose de supprimer la directive sur le détachement des travailleurs, « qui crée une concurrence déloyale inadmissible ».


Retraite


La proposition d’Emmanuel Macron en matière de retraites est la mise en place d’un « système universel de retraites où un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé. » Le système restera un régime par répartition et l’âge légal à partir duquel on pourra liquider ses droits reste à 62 ans.


Pour Marine Le Pen, l’âge légal de départ à la retraite doit être abaissé à 60 ans. La durée de cotisation passera alors à 40 annuités.


Egalité femmes/hommes


Marine Le Pen propose de « mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femme/homme et lutter contre la précarité professionnelle et sociale. »


Le programme d’Emmanuel Macron envisage quant à lui la création d’un « congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.) aligné sur le régime le plus avantageux. » Le rôle du Défenseur des Droits sera également renforcé et devra mettre en place des «opérations de contrôle aléatoires et imprévues à grande échelle sur les politiques salariales et de ressources humaines, et de rendre publics les résultats. » Le candidat souhaite également l’exemplarité de l’Etat sur le sujet, en appliquant « la parité dans les nominations des grands postes de l’Etat ».


Handicap


Emmanuel Macron souhaite lutter contre les discriminations « une priorité nationale », en contrôlant et désignant les entreprises qui manqueraient à leurs responsabilités. Le candidat propose également de développer les initiatives de tutorat en entreprise, et de permettre « le don de RTT entre collègues pour les personnes aidantes ».


Marine Le Pen propose de « faciliter l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap, renforcer la lutte contre toutes les discriminations liées aux handicaps et à la santé et étendre le droit à l’oubli aux majeurs en rémission d’affection de longue durée, avec un délai maximal de 5 ans. »

Cette synthèse des propositions des candidats en matière d’emploi n’est bien sûr pas exhaustive. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter en ligne l’intégralité des programmes de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron. Nous vous recommandons également l’article de nos confrères de Cadremploi, qui étudie plus particulièrement l’impact des programmes des candidats sur l’emploi et la carrière des cadres. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à faire votre choix !