Enquête Viadeo : les femmes et l’emploi

En marge de la Journée International des Droits de la Femme, Viadeo a interrogé début mars plus de 600000 femmes inscrites sur le réseau social pour connaitre leur ressenti sur leurs perspectives de carrière au sein de l’entreprise.

0e2f173a4b343933a69a31c15cd9e323bc77bc52 shutterstock 315652511

Un accès à l’emploi encore discriminé et une évolution hiérarchique difficile

La majorité des femmes interrogées considèrent que la parité est respectée pour les questions générales d’accessibilité à l’emploi. Mais lorsque l’on entre dans les détails, il semble que les stéréotypes ont encore la vie dure dans les processus de recrutement, les femmes sont presque unanimes sur le sujet (91%). Elles sont par exemple 62% à affirmer avoir été interrogées sur des points inappropriés pendant un entretien d’embauche !

Les résultats de l’enquête révèlent aussi un réel pessimisme des femmes concernant leurs perspectives d’évolution au sein d’une entreprise : seules 39% d’entre elles pensent pouvoir gravir les échelons. Elles pensent même à 65% que la parité hommes-femmes n’est pas respectée dans leur hiérarchie.

Les principaux freins à leur évolution ? La représentation sexuée des métiers pour 34%, les inégalités de traitements liées aux ressources humaines (19%), mais surtout la parentalité (41%), point sur lequel les entreprises progressent difficilement. 88% des femmes constatent par exemple que leur société n’a pas mis en place de crèche d’entreprise (88%), qu’elle ne propose pas le télétravail (62%), ou un accompagnement lors des congés maternité (59%).

Un engagement pour la parité trop superficiel

Les entreprises n’ont pas encore adopté tous les bons réflexes pour pallier les difficultés liées à la parentalité, et leur engagement sur les questions de parité est jugé trop faible : 43% des femmes interrogées estiment ainsi que les écarts de salaire sont encore trop marqués, et pour 55% d’entre elles l’entreprise ne favorise pas l’accès aux postes à responsabilité.


Lorsqu’on les interroge sur leur engagement personnel, seule une femme sur cinq répond avoir l’intention de se mobiliser pour dénoncer les inégalités salariales au cours des prochaines manifestations en marge de la Journée International des Droits de la Femme. Il faut dire que cette journée est considérée comme un évènement important dans la lutte des femmes pour l’égalité pour seulement 34% des répondantes, la majorité la traduisant comme un acte politique sans valeur particulière (27%), une mise en avant des femmes au sein de la société (20%), un évènement discriminant (10%) ou obsolète en 2017 (9%).

En comparaison avec le sondage Keljob sur les femmes et l’emploi réalisé en 2015, les femmes sont tout de même plus optimistes quant à leurs perspectives de carrière au sein de l’entreprise. Par exemple, pour 45% d’entre elles la situation professionnelle s’améliore, contre 38% en 2015. Une vision plus optimiste, certes, mais un pourcentage qui reste loin d’être satisfaisant.