Ensoleillement et entreprises historiques à Marseille

Tous les types d’entreprises sont représentés à Marseille : PME, TPE et grandes entreprises, avec côté secteurs une prédominance du tourisme et de l’industrie navale.

332694a15d89777c392d3a6513bf518f2b3c3e44 08259e8259c29c85fbfd309195c59ec44c239f89 marseille min

Une ville où il fait bon vivre… Et travailler ?

Avec ses 57 kilomètres de bord de mer, ses 24 kilomètres de calanques, et ses records d’ensoleillement en 2017, Marseille est évidemment une ville agréable à vivre au quotidien. Elle arrive d’ailleurs à la 8ème place du classement des villes préférées des cadres parisiens réalisé chaque année par Cadremploi. Une impression que confirme Virginie Gentil, fondatrice de Beforgo, société experte en organisation de voyages : « C’est une ville riche et dynamique, à côté de tout, avec la mer et la montagne, un rayonnement culturel et un art de vivre. Elle compte des étudiants, des professions libérales, des commerçants… »

 

Mais fait-il vraiment bon y travailler ? Le taux de chômage y atteint tout de même 11,8 %, soit deux points de plus que la moyenne nationale. Reste que selon Elodie Franco Da Cruz, chargée d’études Viadeo, « Les tendances sont tout de même positives pour 2018 : on prévoit 15 000 recrutements de cadres cette année et plus de 29 000 recrutements au niveau global. » Le tout sur un marché de l’emploi très porté par le tourisme et l’industrie navale, notamment grâce à la présence du port, le 1er français en ce qui concerne le fret.

 

Le Top 3 des entreprises attractives

Parmi les entreprises les mieux notées par leurs propres collaborateurs sur Viadeo, Haribo occupe la 3ème place dans la capitale phocéenne. « On ne présente plus le géant du bonbon, qui, pour la petite histoire, a été créé en 1920 et est né dans une arrière-cour avec pour seul capital de départ un sac de sucre et un chaudron de cuivre », raconte Elodie Franco Da Cruz. Une belle ascension puisqu’il emploie aujourd’hui plus de 7 500 personnes dans le monde dont 750 en France et produit 50 000 tonnes de bonbons par an dans ses usines françaises d’Uzès et Marseille. « L’entreprise est très bien notée par ses salariés et bénéficie aussi d’un capital sympathie important auprès de ses clients », note Elodie Franco Da Cruz.

 

Vient ensuite VirtualExpo, fondée au début des années 2 000 par Corentin Thiercelin, un ingénieur d’études qui avait constaté une grande difficulté à trouver de nouveaux fournisseurs industriels. Elodie Franco Da Cruz explique : « Il a eu l’idée de créer une plateforme d’exposition en ligne consacrée aux professionnels d’un secteur en quête de nouveaux produits. Aujourd’hui, la plateforme accueille chaque mois plus de 9 millions de visiteurs et expose pas moins d’un million de produits. »

 

Enfin, l’entreprise marseillaise la mieux notée sur Viadeo était à l’origine une entreprise familiale dont l’histoire remonte à 1855 : Richardson. « Le but était de répondre à la demande de produits métallurgiques d’une clientèle navale, rappelle Elodie Franco Da Cruz. Très vite, l’offre a évolué en direction des professionnelles mais aussi des particuliers. Aujourd’hui, elle est leader de la distribution de salles de bains, de chauffage et de climatisation et emploie plus de 1 750 collaborateurs. »

Séverine Dégallaix

French Talents Marseille - Le replay