Le congé paternité, un droit que les papas ne prennent pas toujours

Depuis sa mise en application le 1er janvier 2002, le « congé de paternité et d'accueil de l'enfant » permet aux papas d’assister aux premiers jours de vie de leur nouveau-né. Mais tous ne profitent pas de cette opportunité pourtant accessible au plus grand nombre.

452591042b4d3722920d50cbce4ec5544266fe0e shutterstock 348054263 1

La situation de la mère et le salaire dans la balance

Selon l’enquête « Modes de garde et d’accueil des jeunes enfants » de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publiée en mars 2016, il apparaît que 7 papas sur 10 prennent leurs congés paternité, et cette tendance diminue chez les travailleurs indépendants (1 sur 3) et les chômeurs (13%).

Si la situation professionnelle conditionne le départ en congés des papas, celle de la mère semble aussi influer sur leur décision, puisqu’ils partent en congés quand la mère travaille (76%) plutôt que lorsqu’elle est en recherche d’emploi (64%) ou mère au foyer (59%).

Ces tendances sont aussi liées aux indemnités journalières octroyées lors des congés paternité : en effet, le papa perçoit 80,21% de son salaire brut versé par la sécurité sociale, plafonné à 83,58 € par jour. Un manque à gagner pour les salariés rémunérés au-delà de cette limite qui peut laisser à réfléchir.

Une permission sous conditions

Pour en bénéficier, la situation familiale n’a pas d’importance, et il suffit d’être salarié ou bénéficiaire du chômage, nous apprend le service public. Aucun type de contrat particulier n’est demandé : en CDD, CDI, intérimaire, les papas ont tout le loisir de profiter de leurs bambins… à condition d’en avoir bien fait la demande à leur employeur au moins un mois avant la date des congés !

Mais les bonnes choses ont une fin, et plus rapidement pour les papas. Ceux-ci bénéficient de 11 jours de congés consécutifs, incluant weekend et jours fériés, contre 16 semaines pour les mamans. Un petit extra de 7 jours leur est octroyé s’ils ont le bonheur d’accueillir plusieurs bébés d’un seul coup ! A cela s’ajoutent évidemment les 3 jours de congés accordés juste après la naissance.