Les signes avant-coureurs d’une démission

Vous qui aviez décroché votre CDI avec bonheur et fierté il y a quelques années, vous voilà arrivé(e) au stade où vous ne voyez plus de positif à venir travailler. Que ce soit les collègues, le travail, l’ambiance, tout vous semble désormais terne et sans intérêt. Voici un petit zoom sur les signes avant-coureurs d’une démission à poser d’urgence !

B6bd118e81492e8225f44803c049f647d0782496 telechargement

Chaque réveil devient une souffrance

Si entendre son réveil sonner est pour la plupart des gens une épreuve compliquée, pour vous cela est devenu quasiment insurmontable. Il ne vous faut pas moins de 6 réveils programmés à 15 minutes d’intervalle pour daigner sortir du lit… et encore…ça, c’est dans les bons jours !

Les perspectives de votre journée qui vous motivaient il y a un an ne vous enchantent plus, seule la pause café avec vos acolytes réussit tant bien que mal à vous hisser du lit mais vous savez pertinemment que cela n’est pas suffisant pour venir au travail de bonne humeur.

L’humeur… parlons-en !

Certains collègues ont toujours eu le don de vous agacer mais là, vous êtes sur le point de commettre un crime. Vous aviez réussi à prendre sur vous pendant des années mais désormais, ce n’est plus qu’une question de jour avant qu’une agrafeuse ne vole dans l’open space.

Vous avez remarqué que les disputes avec votre conjoint(e) sont devenues quotidiennes, que vos amis vous exaspèrent et que vous n’avez plus goût à grand-chose. Vous râlez pour un oui ou pour un non, vous êtes à fleur de peau et irascible à longueur de temps et vous avez l’impression de devenir une personne aigrie. Avant de remettre votre couple ou vos relations amicales en question, demandez-vous pourquoi vous ne supportez plus rien et particulièrement du lundi au vendredi…

Des maux à tort et à travers

Vous faites partie de ces personnes ayant toujours eu une santé de fer mais vous voilà tout à coup devenu(e) sujet(te) à des maux de ventre quotidiens, notamment à votre réveil ou à votre arrivée devant votre entreprise. Vos boîtes de Doliprane et de Spasfon ne vous quittent plus tout comme votre petit traitement homéopathique contre l’anxiété.

Si vous avez toujours vu d’un mauvais œil les collègues qui se mettent en arrêt maladie pour le moindre rhume ou autre gêne ô combien insurmontable, vous voilà en train de chercher toutes les maladies imaginaires à évoquer à votre médecin pour qu’il puisse vous arrêter le plus vite possible…et surtout le plus longtemps possible. Oui mais attention car le retour au travail risque de devenir d’autant plus difficile à chaque fois !

Vous ne voyez plus l’utilité de votre travail

Vous avez l’impression d’être en pilotage automatique depuis des mois. Vous effectuez vos tâches sans conviction, par habitude et ne voyez plus d’intérêt à ce que vous faites, seules les heures qui passent vous importent, bien que jamais assez vite pour vous. Ne parlons même pas des réunions à rallonge qui accentuent d’autant plus votre sensation de brasser de l’air et de ne plus être à votre place. La dernière chose que vous avez notée sur votre bloc ? La liste de vos courses…

Vous vous reconnaissez parmi ces exemples ? Il n’y a pas de doute, il est temps pour vous de partir ! Bien évidemment, assurez-vous de trouver autre chose avant de démissionner mais les faits sont là, vous ne pouvez plus continuer comme ça. Faites jouer votre réseau, activez vos profils professionnels et mettez-vous dans une bonne dynamique. Sachez que plus vous perdurerez dans cette situation, plus vous perdrez confiance en vous alors en avant !